La maquette numérique : pour un chantier mieux maîtrisé

Quand la 3D est mise au service d’un chantier pour mieux maîtriser les délais et les coûts.

Un outil indispensable dans le domaine de la construction

Convaincus de la nécessité de concevoir, construire et exploiter les ouvrages d’une manière plus fiable, plus rapide et moins chère, nous avons, dès le début des années 2000, engagé une profonde réflexion autour de l’idée du BIM, le « Building Information Modeling » qui désigne la maquette numérique et la gestion des données qu’elle contient. Le principe : utiliser la 3D pour représenter l’ensemble des informations utiles à la conception et à la construction d’un ouvrage et en simuler les comportements. Dans un futur proche, la maquette numérique sera 100 % intégrée afin que tous les intervenants d’un projet puissent travailler sur la même maquette en temps réel.

Nous avons d’ores et déjà pu constater les bénéfices immédiats de ce dispositif en l’utilisant sur de nombreux projets : l’hôpital de Surrey au Canada, la Philharmonie de Paris, le pont d’Abidjan, ou encore le Sports Hub de Singapour. Pour ce dernier, la maquette numérique a permis de modéliser tous les éléments du vaste complexe comme la charpente ou encore la structure du centre aquatique. Toutes les maquettes numériques ont ensuite été assemblées pour obtenir une maquette globale permettant une coordination optimale du projet.

Une meilleure appréhension de chaque chantier

La visualisation concrète des ouvrages futurs, permise par la maquette numérique, fournit une meilleure vision des tâches à accomplir, et assure ainsi une bonne coordination des différents acteurs, internes et externes à l’entreprise. Au final, les chantiers sont mieux organisés, donc moins longs et moins coûteux. Concrètement, la maquette 3D permet d’anticiper et de résoudre des problématiques de construction qui sont toujours plus complexes, hybrides, modulables et évolutives. Par exemple, pour la réalisation de la Philharmonie de Paris, le recours à la maquette numérique a permis d’éviter, en amont du chantier, 90 % des problèmes de phasages, comme l’ordonnancement de la pose des poutres. De même, lors de la conception du Sports Hub de Singapour, la maquette numérique nous a permis de coordonner les réseaux techniques avec les structures fournies par les architectes et bureaux d’études, mettant en évidence des interférences qui n’auraient pas pu être détectées en 2D.

Des bénéfices pour tous

Que ce soit pour le client, les futurs occupants ou les compagnons de chantiers, la maquette numérique représente une occasion exceptionnelle de mieux visualiser le futur bâtiment et d’appréhender le projet dans sa globalité et pendant toute la durée de vie de l’ouvrage. Le coût précis est connu en amont, la cohérence des informations nécessaires à la réalisation est garantie sur des chantiers dont l’organisation est entièrement planifiée. Après la livraison de l’ouvrage, le BIM se révèle un outil précieux pour optimiser la gestion d’un patrimoine et faciliter l’évolution future des ouvrages. Le BIM, avec ses fonctions de réalité augmentée et de réalité virtuelle, est désormais automatiquement intégré à nos offres commerciales.

La maquette numérique : pour un chantier mieux maîtrisé

 

Le BIM présente un intérêt collectif considérable : avoir pour un prix constant, voire inférieur, des ouvrages de meilleure qualité, plus respectueux de l’environnement et plus faciles à exploiter. Ceux qui ont fait l’effort de s’y mettre ne reviennent plus en arrière.

Alain Maury, représentant de Mediaconstruct

La maquette numérique : pour un chantier mieux maîtrisé