Bouygues Construction choisit Marseille pour préfabriquer les caissons de l’infrastructure maritime de l’extension en mer de Monaco

07/04/2017 - Actualité

Bouygues Construction choisit Marseille pour préfabriquer les caissons de l’infrastructure maritime de l’extension en mer de Monaco

Dans le cadre de la conception et de la réalisation du nouvel éco-quartier de l’Anse du Portier à Monaco, Bouygues Travaux Publics s’est vu confier les travaux de l’infrastructure maritime qui servira de socle à l’extension en mer de la Principauté. Cette infrastructure maritime sera constituée d’une ceinture de protection de caissons en béton armé et de remblais. C’est dans le Grand Port Maritime de Marseille que ces caissons seront préfabriqués à partir de septembre 2017.

Grand Port Maritime de Marseille, premier port français

Le port de Marseille, premier port français, s’est en effet avéré être le lieu idéal, disposant de l’espace nécessaire, d’un tirant d’eau de 22,5 mètres et des infrastructures adaptées à l’accueil de grands projets industriels. L’usine de préfabrication sera installée dans les bassins Est du port, sur des surfaces louées pour l’occasion au Grand Port Maritime de Marseille dont les équipes assureront également un certain nombre de prestations pour Bouygues Travaux Publics. A l’avant-port Nord, sur un terre-plein de 11 900 m², seront installés les bureaux, cantonnements et parking du chantier ainsi qu’un espace de stockage.

Une première en France

La zone de préfabrication des caissons se compose d’un espace de travail de 10 000 m² à quai qui permettra notamment d’assurer les travaux préparatoires de ferraillage et du montage des coffrages des caissons. Elle comprend également une zone de 32 000 m² sur le plan d’eau où sera positionnée un caissonnier ou dock flottant (photo). Ce caissonnier de 56 mètres de long, 50 mètres de large et 27 mètres de haut est une première en France. Il permettra de préfabriquer les 18 caissons.

18 caisons de 27 mètres de haut

Hors d’eau, la première étape consiste à réaliser le radier de chaque caisson et les dix premiers mètres de voile béton via un coffrage glissant. Sous le poids du caisson en cours de construction, le pont du caissonnier est progressivement immergé permettant ainsi de finaliser le coulage des voiles béton. Le caisson est ensuite mis en flottaison et sorti du caissonnier pour être remorqué jusqu’au poste où seront réalisés les poteaux béton constituant l’ouvrage Jarlan (mur brise vague). Le stockage des caissons avant leur remorquage par voie maritime vers Monaco est prévu dans le bassin Léon Gouret.

Démarrage

L’installation du chantier à l’intérieur du port démarrera en avril 2017 avec la zone de bureaux et de cantonnements. En mai, démarreront les premiers dragages et l’exécution des pieux pour les grues. Les pontons seront installés en juillet 2017 tandis que la livraison du caissonnier interviendra en août. La fabrication des caissons pourra ainsi démarrer en septembre 2017.

700 personnes mobilisées, des actions en faveur de l’emploi

La fabrication des 18 caissons démarrera en septembre 2017 et durera jusqu’en mars 2019. Elle nécessitera un travail posté en trois équipes, 7j/7 et 24h/24. Au total, elle générera plus de 700 emplois directs et indirects, dont plus de 200 embauches locales à durée de chantier et une vingtaine de postes en insertion. Ces contrats de professionnalisation viseront l’obtention d’un titre professionnel de « coffreur-bancheur». En lien avec les acteurs locaux de l’emploi, plus de 30 000 heures seront ainsi valorisées par une action qualifiante sur la durée du projet.
Une formation sera également proposée aux demandeurs d’emploi prioritaires aux métiers de grutiers à tour (3 postes) et conducteurs d’engins (3 postes), avec mise en pratique sur chantier.
L’équipe projet travaille en étroite collaboration avec les Services Publics pour donner la priorité aux personnes éloignées de l’emploi sur certains postes à pourvoir (agents administratifs,
assistants gestion chantier, approvisionneurs, techniciens mats de bétonnage, magasiniers, référents circulation…). L’ensemble des personnels sera logé sur Marseille et sa région.

Des retombées économiques pour les entreprises locales

Le montant total de l’opération s’élève à 145 millions d’euros, et de nombreuses entreprises locales ou régionales ont été et seront mobilisées dans le cadre de ce projet industriel.
Pour la constitution des dossiers administratifs (permis de construire, dossier ICPE, loi sur l’eau) les prestataires comme VENATHEC (Etude Acoustique – Aix en Provence),
HYDROGEOTECHNIQUE (Campagne Géotechnique – Saint Victoret), GEOENVIRONNEMENT (Etude d’impact – Aix en Provence), CREOCEAN ( Bathymétrie et plongeurs – La Seyne sur mer), GEOMINES (Pollution pyrotechnique – Six Fours), SARL Architecture STOA (Architecte pour permis de construire – Marseille) ont contribué à la complétude des dossiers.
Au niveau des études maritimes, le Bureau d’études D2M (Six Fours) a réalisé la conception du caissonnier et travaille actuellement sur les études d’amarrage de celui-ci, des pontons d’accès et des caissons en béton après la sortie du caissonnier.
Pour les installations de chantier des entreprises comme CLOTURAIX (Clôture de chantier – Aix en Provence), EGFF (Installation Electrique – Rognac), Grue Services (Montage des grues
– Aubagne) vont participer à la mise en place du chantier.
La fabrication et la livraison du béton sera effectuée par le groupement Lafarge-Cemex, deux sociétés installées sur le port. Les carrières Lafarge de l’Estaque et du Beausset et le ciment des usines de Port-la-nouvelle ou de La Malle à Marseille seront également mises à contribution. L’approvisionnement se fera par voie routière grâce à l’appui d’entreprises de transport locales. Au total, le nombre de rotations de camions se limitera à une vingtaine par jour. L’ensemble de la gestion des déchets se fera sur Marseille.
Prestataires et sous-traitants dans le port de Marseille :
• Lamanage (Société coopérative du lamanage des ports de Marseille et du Golf de Fos)
• Remorquage (Boluda)
• Assistance pour le déchargement des livraisons d’armature (MED Europe Terminal - Marseille manutention)

Fourniture et livraison des matériaux de carrière pour l’infrastructure maritime

La réalisation l’infrastructure maritime monégasque nécessite également la fourniture importante de matériaux de carrières. Ces matériaux serviront au remblai, à la réalisation du talus et au ballastage des 18 caissons.
Le remblai exécuté après les opérations de dragages à Monaco servant d’assise aux caissons est constitué de matériaux 20/180 mm. Pour le ballastage des caissons la fourniture de matériaux 0/20 mm sera utilisée. Enfin pour la constitution des talus pour le terre plein courant, les matériaux 20/180 mm et 4/20 mm seront mis en place.
La mise en oeuvre de ces matériaux sera prévue en deux phases de réalisation : la première entre mi-septembre 2017 et mars 2018 ; et la deuxième d’avril 2018 à août 2019.
Deux entreprises et sites régionaux ont été choisis pour la fourniture et le chargement de ces matériaux :
• Pour la phase 1 : environ 1 560 000 tonnes de matériaux seront extraits de la carrière de Jean LEFEBVRE Méditerranée située à Châteauneuf-les-Martigues. Les chargements seront réalisés sur Fos-sur-Mer (Quai de CARFOS) avec les bateaux de l’entreprise Jan De Nul (capacité de 30 000T par voyage).
• Pour la phase 2 : La carrière de SOMECA située au Revest pour environ 900 000 tonnes de matériaux. Les chargements seront réalisés sur le port de Brégaillon à la Seyne sur mer avec des bateaux des entreprises Jan De Nul (6 000 T/voyage) et SAIPEM (1 500T/ voyage).

 

Contacts presse

Mathieu Carré

+33 (0)1 30 60 66 39

m.carre@bouygues-construction.com

Jessica Swiderski

+33 (0)1 30 60 28 05

j.swiderski@bouygues-construction.com