Téléphérique de Brest

Téléphérique de Brest :

un pont aérien au-dessus de la ville

France
  • Téléphérique de Brest
  • Téléphérique de Brest
  • L'agglomération a retenu le projet porté par Bouygues Construction et Bartholet, groupe spécialisé dans les remontées mécaniques, pour la réalisation du téléphérique de Brest. Offrant un panorama à 360 degrés sur la rivière de Penfeld, les deux cabines permettent de faire un trajet de 400 mètres en trois minutes, chacune véhiculant dans ses 13 m2 jusqu’à 60 passagers soit 675 000 personnes par an grâce à un fonctionnement 358 jours par an.

  • Frédéric Godin, directeur commercial grands projets de Bouygues Travaux Publics souligne « Cette ligne va s’intégrer dans l’offre de transport en commun existante. Ce qui nécessite de respecter des normes spécifiques tant au niveau de la sécurité d’exploitation qu’en termes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et les vélos par exemple. »

  • Avant d'être un attrait touristique pour Brest, le téléphérique est un véritable mode de transport urbain. Pour franchir la Penfeld, sur les rives de laquelle est installée la base militaire, les Brestois ont actuellement le choix entre deux ponts très utilisés aux heures de pointe. Le téléphérique permet donc d’accéder depuis le centre-ville, sur la rive-gauche, au plateau des Capucins, construit sur un promontoire rocheux fermé au nord et à l'est par la Penfeld et au sud par deux bassins dédiés à l'accueil de navires.

  • Particularité du téléphérique brestois : les deux cabines, qui peuvent embarquer jusqu'à 60 personnes chacune et fonctionner avec des vents de près de 110 km/h, ne se croisent pas l'une à côté de l'autre, mais l'une au-dessus de l'autre. « On a su proposer, avec notre partenaire, un système spécifique : le SDMC, le saut de mouton à câble. Les deux cabines se croisent l’une au-dessus de l’autre. L’avantage c’est que les cabines arrivent toujours au même endroit. C’est un va-et-vient. C’est donc plus simple pour les passagers et ça permet de faire des stations compactes » explique Frédéric Godin, Directeur commercial de Bouygues Travaux Publics Régions France. Autre spécificité du téléphérique, une partie des vitres des cabines, très stables, se teinte à l'approche d'habitations afin de préserver l'intimité de leurs résidents. Il s’agit enfin d’un véritable mode de transport urbain, assurant une parfaite accessibilité aux personnes à mobilité réduite, ainsi qu’aux passagers ayant des vélos ou des poussettes.

  1. 1
    Contexte
  2. 2
    Témoignage
  3. 3
    Ambition
  4. 4
    Innovation
  5. 5
    Vidéo
  1. 1
    Contexte
  2. 2
    Témoignage
  3. 3
    Ambition
  4. 4
    Innovation
  5. 5
    Vidéo
  • L'agglomération a retenu le projet porté par Bouygues Construction et Bartholet, groupe spécialisé dans les remontées mécaniques, pour la réalisation du téléphérique de Brest. Offrant un panorama à 360 degrés sur la rivière de Penfeld, les deux cabines permettent de faire un trajet de 400 mètres en trois minutes, chacune véhiculant dans ses 13 m2 jusqu’à 60 passagers soit 675 000 personnes par an grâce à un fonctionnement 358 jours par an.

  • Frédéric Godin, directeur commercial grands projets de Bouygues Travaux Publics souligne « Cette ligne va s’intégrer dans l’offre de transport en commun existante. Ce qui nécessite de respecter des normes spécifiques tant au niveau de la sécurité d’exploitation qu’en termes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et les vélos par exemple. »

  • Avant d'être un attrait touristique pour Brest, le téléphérique est un véritable mode de transport urbain. Pour franchir la Penfeld, sur les rives de laquelle est installée la base militaire, les Brestois ont actuellement le choix entre deux ponts très utilisés aux heures de pointe. Le téléphérique permet donc d’accéder depuis le centre-ville, sur la rive-gauche, au plateau des Capucins, construit sur un promontoire rocheux fermé au nord et à l'est par la Penfeld et au sud par deux bassins dédiés à l'accueil de navires.

  • Particularité du téléphérique brestois : les deux cabines, qui peuvent embarquer jusqu'à 60 personnes chacune et fonctionner avec des vents de près de 110 km/h, ne se croisent pas l'une à côté de l'autre, mais l'une au-dessus de l'autre. « On a su proposer, avec notre partenaire, un système spécifique : le SDMC, le saut de mouton à câble. Les deux cabines se croisent l’une au-dessus de l’autre. L’avantage c’est que les cabines arrivent toujours au même endroit. C’est un va-et-vient. C’est donc plus simple pour les passagers et ça permet de faire des stations compactes » explique Frédéric Godin, Directeur commercial de Bouygues Travaux Publics Régions France. Autre spécificité du téléphérique, une partie des vitres des cabines, très stables, se teinte à l'approche d'habitations afin de préserver l'intimité de leurs résidents. Il s’agit enfin d’un véritable mode de transport urbain, assurant une parfaite accessibilité aux personnes à mobilité réduite, ainsi qu’aux passagers ayant des vélos ou des poussettes.

Téléphérique de BrestBrest : premier téléphérique urbain d’une longue série en France ?

Le téléphérique urbain est le nouveau mode de transport prisé par les villes. Jusqu’alors réservé à la montagne, ce mode de transport gagne aujourd’hui les villes grâce à une ordonnance de 2015 qui encadre les enjeux de survol des riverains. Plus léger et moins coûteux à installer qu’une ligne de tramway, les projets de téléphériques devraient donc se multiplier dans un avenir proche.

 

Les deux cabines du téléphérique urbain de Brest offrent une vue imprenable sur la cité du Ponant. Intégrées au réseau de transports en commun de l'agglomération brestoise, elles sont les premières en France à fonctionner en milieu urbain. A l'étranger, Rio de Janeiro, New York ou Alger ont déjà intégré un téléphérique à leur réseau de transport urbain. En France, il reste pour l'heure majoritairement cantonné à la montagne.

Téléphérique de BrestUne solution environnementale

D’après les élus de Brest Métropole Océane, le téléphérique est la solution technique la moins coûteuse par rapport aux autres hypothèses, un pont transbordeur, un pont routier ou une passerelle mobile. Les émissions de CO2 par kilomètre et par passager seraient 30 fois inférieures à celle d’une voiture.

Téléphérique de BrestUn bel exemple de travail collaboratif réussi

Les collaborateurs de Bouygues Travaux Publics Régions France et Bouygues Bâtiment Grand Ouest ont dû à la fois appréhender les spécificités et les exigences de ce projet innovant. Pour les aspects liés aux courants forts et aux courants faibles, ils ont pu s’appuyer sur l’expertise des équipiers de Bouygues Energies & Services.

 

« Nous avons travaillé avec Bouygues Travaux Public et Bouygues Bâtiment comme de vrais partenaires, et non pas comme de simples sous-traitants. Nous avons pu apporter des conseils, faire des propositions, échanger pour avancer ensemble. Une réelle relation de confiance s’est installée entre nous » confie Pascal Couturier, responsable du projet chez Bouygues Energie & Services.

En brefTéléphérique de Brest