fbpx
Top

Villes et territoires

Bouygues Construction participe activement à rendre la ville plus respectueuse de l’environnement à travers la réalisation d’écoquartiers. Un engagement qui s’inscrit dans notre volonté d’améliorer le cadre de vie, et qui lui vaut d’être leader de la construction durable.

L’écoquartier est le projet d’aménagement urbain le plus fidèle à une démarche de développement durable. Logements, bureaux, commerces, services : l’écoquartier se distingue par son approche multifonctionnelle d’un lieu de vie. Pour limiter les déplacements, la priorité est accordée aux modes doux (allées piétonnières, pistes cyclables). Ecoquartier rime aussi avec mixité sociale, afin de favoriser les échanges entre habitants. Pour rendre le cadre de vie plus agréable, un écoquartier intègre une conception paysagère verdoyante et adaptée à son environnement.

Quand les villes surchauffent

La surchauffe urbaine s’installe comme un phénomène récurrent, résultant de l’effet cumulé du changement climatique et du phénomène d’Îlot de Chaleur Urbain (ICU). Le changement climatique entraîne une augmentation de l’intensité et de la durée des vagues de chaleur (masses d’air chaud provoquant des températures élevées pendant plusieurs jours consécutifs) dans différentes régions du monde.

L’agriculture urbaine : quel modèle économique ?

Avec les confinements, de nombreux français se sont mis à cultiver leur jardin, y compris en ville ou périphérie de ville, confirmant le succès de certaines formes d’agriculture urbaine. Les métropoles verdissent à vue d’œil, mais l’agriculture urbaine a-t-elle un modèle économique lui assurant un avenir stable ?

Quel paradigme pour les villes vertes ?

En juin 2020 dernier, huit métropoles françaises ont vu leur conseil municipal passer ou rester à majorité des Verts : Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, Tours, Annecy, Besançon et Poitiers. Quelles sont les visions des territoires de ces municipalités écologistes ?

Transformer une rue à l’aide d’un coup de pinceau : quel avenir pour l’urbanisme tactique ?

Au cours de l’année 2020, la formule « urbanisme tactique » est subitement apparue en première page dans la presse pour illustrer les aménagements testés face à la crise du covid 19 : « coronapistes » cyclables tracées en jaune dans les rues, ou encore terrasses temporaires de restaurants et cafés en lieu et place des bandes de stationnement par exemple. Léger, économique, temporaire ou parfois transitoire, l’urbanisme tactique fait valoir ses nombreux avantages face à la crise.

Intensifier l’utilisation des bâtiments existants

Comment faire plus avec moins ? La ville d'aujourd'hui est confrontée à de nombreux défis. Il faut émettre moins de carbone, stopper l'étalement de la ville sur les espaces naturels, et à la fois disposer de suffisamment d'espace pour vivre en harmonie sociale et de manière adaptée à des usages en évolution : familles recomposées, télétravail, etc… Face à cette injonction contradictoire - avoir plus d'espace en s'étalant moins - le temps constitue une ressource insoupçonnée !

À quoi ressemblera l’Ile-de-France en 2050 ?

Nous sommes en 2050 en Ile-de-France. Les effets des dérèglements écologiques et la réduction des ressources énergétiques ont conduit à une transformation profonde de l’organisation du territoire et de la vie qui s’y déroule. Moitié moins d’habitants, quasi-disparition de l’automobile au profit de transports low-tech, mais aussi solidarités de proximité, air respirable et lien renoué avec la nature et les rythmes biologiques.

Les villes se donnent les moyens de la neutralité carbone

Responsables de 67% des émissions de GES à l’échelle mondiale, les villes sont en première ligne face à ce défi. Deux secteurs très émetteurs, les transports et le bâtiment, les concernent directement. Quelles sont leurs marges de manœuvre et trajectoires pour devenir bas carbone et compatibles avec la neutralité carbone ? Quels sont les atouts de l’échelle locale ?

Comment aménager et construire dans un contexte de « Zéro artificialisation nette » ?

23 000 hectares : c’est la superficie moyenne annuelle d’espaces naturels, agricoles ou forestiers réaffectés à l’urbanisation en France ces dernières années, l’équivalent de 2,2 fois la superficie de Paris, de 33 000 terrains de football ou de 19 millions de places de parkings. Un chiffre qui fait de la France l’un des pires élèves européens en matière de sobriété foncière. Les impacts sur la biodiversité et les émissions de CO2 sont tels qu’il y a urgence à endiguer le phénomène.

Quai 22, la ville réinventée

C’est un endroit où il fera bon travailler, flâner, respirer. Mélange d’urbanité, de nature et d’eau, ce lieu baptisé « Quai 22 », sera situé sur les bords de la Deûle, dans la métropole européenne lilloise.

Plus d‘articles