fbpx

Le CHNDS, un chantier pilote en matière de maquette numérique

4 minutes de lecture

Plus de 2000 personnes étaient venues le visiter il y a un mois, et découvrir son hall d’entrée, ses bâtiments extérieurs, ses urgences et son service imagerie. Flambant neuf, le Centre Hospitalier Nord Deux Sèvres accueille aujourd’hui son premier patient. Retour sur un de nos chantiers les plus en pointe en matière de maquette numérique.

Un ouvrage complexe et dense, aux nombreux réseaux techniques, et des délais très tendus… Les problématiques n’ont pas manqué sur le projet du tout nouveau Centre Hospitalier Nord Deux Sèvres (CHNDS), réalisé par deux filiales de Bouygues Construction (Bouygues Bâtiment Centre Sud-Ouest et Grand Ouest), ainsi que de nombreux intervenants locaux. Loin de faire reculer les acteurs du chantier, ces défis ont été relevés haut la main par les équipes, notamment grâce à l’innovation.

La maquette numérique en appui à la phase d’exécution

Quatre mois, c’est le temps qu’il aura fallu aux équipes de Bouygues Construction pour réaliser la maquette du projet, réplique digitale en tous points similaire au futur ouvrage, sur laquelle les entreprises des différents corps d’état techniques sont venues greffer leurs propres maquettes. Grâce à cette superposition et en mobilisant au plus tôt les intervenants autour de la maquette, les conflits (qu’ils soient entre réseaux eux-mêmes ou entre réseaux et structure) ont ensuite été détectés et désamorcés très rapidement.

Lors de la phase gros œuvre, différents cas d’usages ont pu être expérimentés, et la maquette a souvent permis d’expliquer la réalisation de l’ouvrage aux compagnons, d’adapter instantanément les ressources tout en faisant gagner un temps précieux dans l’avancée du projet.

Enfin, c’est encore grâce à la maquette numérique, embarquée sur le chantier grâce à une tablette, que le suivi des finitions du gros œuvre et la levée de réserves se sont faits.

 

La réalité virtuelle pour emporter l’adhésion

La réalité virtuelle a permis d’impliquer très tôt le futur personnel de l’hôpital, et de créer un ouvrage correspondant aux attentes. Ainsi, les chirurgiens ont visualisé et validé tous les terminaux techniques dans les salles opératoires. Le même procédé a ensuite été employé pour la signalétique.

 

Le lean management au service du chantier

Suivi quotidien des cadences de production par les compagnons eux-mêmes,  échange avec la maîtrise sur leurs besoins afin d’optimiser les tâches à accomplir… Le lean management a été mis en application par les compagnons de Bouygues Bâtiment Centre Sud-Ouest et Grand Ouest assignés au gros œuvre, et organisés en équipes autonomes pour l’occasion.

Un succès puisque la démarche a été élargie avec la création de l’« incubateur », un espace qui a servi de rencontre entre les chefs de chantier des corps d’états techniques et ceux des corps d’états secondaires, pour des points réguliers sur l’avancement des travaux.

Toutes ces innovations mises en oeuvre sur ce chantier ont payé, puisqu’elles ont permis non seulement le bon déroulement du chantier malgré sa complexité, mais aussi la satisfaction du client, et enfin, des utilisateurs finaux, qu’ils soient personnels hospitaliers ou patients.