fbpx

L’interview du mois : Claude Rolland, Directeur du pôle Santé de Bouygues Construction

4 minutes de lecture

Claude Rolland, Directeur du pôle Santé de Bouygues Construction, nous décrit le parcours de soins de demain et présente la vision de Bouygues Construction sur les établissements de santé du futur.

l'interview shared innovation

Demain, quels seront les principaux profils épidémiologiques de patients ?

Aujourd’hui en France, 13 millions d’individus sont touchés par des Affections Longue Durée (ALD), des maladies telles que le diabète nécessitant des soins prolongés et des traitements particulièrement coûteux. Selon les projections, ce chiffre pourrait doubler d’ici 2025-2030 en raison de la croissance et du vieillissement de la population.
Les maladies liées au vieillissement de la population seront également en augmentation. En 2050, une personne sur trois devrait être âgée de plus de 60 ans, contre une sur cinq actuellement. Le pic d’accroissement du nombre de seniors se situera autour de 2030, effet de la génération des baby-boomers. Nous entrons dans une société de la longévité.

interview-claude-rolland

Quelles solutions sont imaginées pour anticiper cette augmentation du nombre de patients ?

La France compte aujourd’hui deux fois plus d’hôpitaux par habitant que la moyenne des pays de l’OCDE. L’hôpital est devenu une étape banale du parcours de soins. Pourtant, dans 80% des cas, les besoins de prise en charge médicale et soignante concernent des actes courants qui ne nécessitent pas le recours à un plateau technique hospitalier. Demain, dans un contexte d’explosion du nombre de patients, où est la pertinence de maintenir un modèle qui arrive déjà à saturation ?
Plusieurs solutions sont d’ores et déjà envisagées parmi lesquelles des efforts axés sur la prévention des maladies, le financement des établissements de santé selon une logique de résultats avec la fameuse tarification à l’activité (NDLR : allocation de ressources basée sur la nature et le volume des activités des établissements) ou encore le développement de l’activité ambulatoire, c’est-à-dire la prise en charge médicale d’un patient sur une durée de quelques heures au maximum, sans nuitée. Le bénéfice de l’ambulatoire est double : libérer des lits médicalisés et permettre au patient de mener une vie normale.

 

Quel est le positionnement de Bouygues Construction sur le sujet ?

Depuis plusieurs années, Bouygues Construction intervient sur des opérations en conception-réalisation d’établissements de santé. Ce type de projets nécessite de monter en expertise et de devenir de vrais spécialistes capables de concevoir des bâtiments de santé adaptés aux besoins des usagers, et en particulier à ceux des soignants et des patients.
Pour ce faire, nous avons lancé en 2015 une réflexion collaborative et prospective avec un panel de professionnels du secteur médical pour penser le parcours de soins de demain. Quelles sont les évolutions de la médecine, des technologies médicales, de la prise en charge et des patients ? De quels types d’établissements de santé aurons-nous besoin dans 10 ou 15 ans ? Comment mieux inscrire ces établissements dans un territoire ? L’analyse de ces tendances a fait émerger un parcours de soins à quatre niveaux partagé entre le domicile, pour le suivi et la surveillance des patients, le centre de soins primaires, pour les besoins médicaux courants et les activités de prévention, l’hôpital, pour les actes de chirurgie, les urgences et certaines consultations spécialisées, et le CHU pour les pathologies rares ou nécessitant des équipements de pointe.

 

Dans votre réflexion, le centre de soins primaires deviendrait la porte d’entrée du système de santé des patients. Comment ce modèle fonctionne-t-il et quel est son avantage ?

Ces centres prennent la forme de maisons de santé couvrant 80% des besoins de santé pour un bassin de vie de 20 à 25 000 habitants : un ancrage territorial qui garantit une proximité aux patients. La prise en charge multidisciplinaire des patients constitue l’autre point fort de ce modèle. En effet, l’ensemble des professions médicales sont représentées dans la maison de santé : infirmiers, médecins, kinésithérapeutes, podologues, dentistes, nutritionnistes et assistantes sociales. Un moyen de mutualiser la connaissance du patient, les compétences et les fonctions support. En complément, ces établissements peuvent également être équipés d’un centre de prélèvement pour la biologie, d’un échographe et d’une pharmacie.
Le modèle connaît un franc succès au Royaume-Uni et en Catalogne. En construisant une maison de santé tous les 20 000 habitants et en augmentant la technicité des hôpitaux tout en diminuant leur nombre d’hôpitaux, la Catalogne a réussi à maintenir une qualité de soins et un niveau de santé de la population identique à celui de la France, pour un coût trois fois moindre.
Afin d’accompagner le développement de ce modèle en France, Bouygues Construction a élaboré un concept de maison de santé, approuvé par la Fédération des Maisons de Santé et le Syndicat des Médecins Généralistes, et prêt à être déployé.