fbpx

L’interview du mois : Glen Landry, vice-président des Technologies de l’information, des communications et de l’automatisation (TICA) chez Plan Group

4 minutes de lecture

Glen Landry, vice-président des Technologies de l’information, des communications et de l’automatisation (TICA) à Plan Group, nous présente les retours d’expérience usagers de l’hôpital digital Humber River à Toronto après quatre années d’exploitation

l'interview shared innovation

Pourriez-vous nous rappeler les grands principes du projet d’hôpital digital qui s’est achevé en 2015 ?

Le projet consistait à faire d’un hôpital régional accueillant un million de patients par an le premier hôpital digital d’Amérique du Nord. Pour la première fois, tous les systèmes (bâtiment, systèmes cliniques et gestion) ont été connectés ensemble en vue de permettre leur interopérabilité via une plateforme intégrée.
Nous avons adopté une approche usager-centrée dans la perspective d’améliorer l’expérience de vie et de travail au sein de l’hôpital. Des ateliers de design conduits en amont avec les employés ont permis de s’enrichir de leur expérience d’usagers et de comprendre leurs besoins : un facteur clé de succès pour bien cerner les enjeux et s’assurer de l’appropriation du projet par la communauté. Les patients ont également été sollicités pour définir les spécifications fonctionnelles.

interview-glen-landry

Pourriez-vous illustrer par quelques cas d’usage les opportunités offertes par cette digitalisation ?

L’intégralité du bâtiment peut dorénavant communiquer avec le personnel et les patients, transformant radicalement les parcours usagers.
Le parcours patient débute avec son enregistrement avant le séjour à l’hôpital. Il est notifié chez lui des formalités à effectuer et de sa date de rendez-vous. Les docteurs et infirmiers sont automatiquement informés de son arrivée à l’hôpital tandis que le patient est guidé à travers le bâtiment par une application de géolocalisation.
Grâce au terminal multimédia intégré à son lit, le patient peut contrôler son environnement (lumière, climatisation et chauffage) de façon plus personnalisée. Il peut également communiquer directement avec les cliniciens ou avec ses proches par appel vidéo. Au quotidien, les demandes sont traitées plus rapidement. Un exemple : apporter un verre d’eau à un patient ne requiert plus qu’un seul trajet aux infirmiers qui reçoivent la demande en amont. Il fallait auparavant compter trois déplacements : un pour atteindre le lit du patient et recueillir sa demande, un deuxième pour aller chercher le verre d’eau et un troisième pour l’apporter au patient.
Les services de localisation en temps réel et les véhicules à guidage automatique sont d’autres exemples de technologies mises en œuvre pour améliorer la sécurité et le bien-être des patients et du personnel. Ces robots rationnalisent les process relatifs au nettoyage et à la délivrance des repas et des médicaments. Ils communiquent avec les ascenseurs et les autres systèmes pour se déplacer dans le bâtiment et informent le personnel de la bonne réalisation des différentes tâches.

Quels sont les retours d’expérience après quatre années d’exploitation ?

Les enquêtes montrent une amélioration de l’expérience-patient et un meilleur vécu du personnel au quotidien.
La satisfaction des patients a augmenté de 60 à 72% grâce, notamment, à une réduction de 33% du temps d’attente pour une admission aux Urgences.
Le projet a également eu des impacts positifs en termes de ressources humaines. L’hôpital a gagné en attractivité, favorisant une plus grande stabilité du personnel et l’attraction de nouveau personnel qualifié. Un aspect clé dans un contexte d’augmentation de flux de travailleurs du Canada vers les Etats-Unis.
Efficacité et productivité ont fortement augmenté. Le temps d’attente de nettoyage d’un lit disponible a été réduit de 45% tandis que l’amélioration des process permet à l’hôpital de supporter l’activité liée à 23 nouveaux lits.
Le projet est plébiscité comme « bonne pratique » par la communauté professionnelle et source d’inspiration avec une centaine de visiteurs par mois.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous continuons actuellement de travailler avec l’hôpital Humber River sur un parcours de soins connectés, automatisés et fluidifiés qui s’insère dans les process de l’équipe soignante. Actuellement, l’information clinique et les systèmes de communication adoptent une approche par silo, ce qui nuit à la sécurité et au soin des patients. Ce Proof of Concept fluidifiera les workflows pour délivrer la bonne information, à la bonne personne, au bon moment, au bon endroit et de la bonne manière. Il est conduit au sein de l’Unité de Soins Intensifs avec 40 médecins, 200 infirmiers et 4 thérapeutes respiratoires.
Nous avons également engagé une logique de réplication de notre solution avec la mise en œuvre de technologies et de workflows similaires à l’hôpital Mackenzie Vaughan en Ontario, avec une livraison prévue en 2020.