fbpx

L’interview du mois : Xavier Gauvin, responsable innovation par les usages

Xavier Gauvin, responsable innovation par les usages, nous présente son approche.

l'interview shared innovation

Vous vous appuyez sur une approche d’innovation par les usages : quelle est la finalité d’une telle approche et sur quelle méthode repose-t-elle ?

Dans cette approche, le processus d’innovation est centré sur l’usager. Ce dernier est intégré à différentes étapes de conception d’un produit ou d’un service innovant : lors de la co-création de

concepts ou dans le cadre de tests d’acceptabilité d’une innovation. On parle de CAUTIC ou « conception assistée par les usages ».
Les individus sont observés lors d’expérimentations en grandeur réelle et/ou interrogés individuellement voire sollicités dans le cadre de focus groupes. Ces méthodes inspirées des sciences humaines permettent de collecter un grand nombre de données qui seront ensuite analysées. Des sociologues, spécialistes de l’étude des comportements sont associés à la démarche.
Cette approche permet ainsi de comprendre l’appropriation de l’innovation par l’usager de façon fine, d’identifier ces satisfactions et insatisfactions, les problèmes rencontrés ou les détournements d’usages : il peut arriver que l’usager utilise un produit pour d’autres usages que ceux imaginés par ses concepteurs !

Xavier-Gauvin

Pouvez-vous nous parler des projets que vous avez menés avec cette approche ? Quels en ont été les résultats ?

Un des projets emblématiques est une expérience grandeur réelle démarrée il y a un an et demi et encore en cours, auprès d’une famille vivant dans un logement testant l’autonomie énergétique du concept ABC® (Autonomous Building for Citizens) imaginé par Bouygues Construction. La famille dispose de technologies de production, de stockage et d’économie d’énergie. Une interface conçue avec les occupants donne de l’information en temps réel sur les consommations et l’état des stocks.
L’objectif de l’expérience est d’évaluer l’acceptabilité de la famille à vivre dans ce type de logement, son appropriation de l’interface proposée et sa capacité à modifier ses comportements selon l’énergie disponible.

Le dispositif a-t-il fait diminuer sa consommation d’énergie ?

L’expérience touchant à sa fin, les résultats ont montré une faible marge de manœuvre pour réduire les consommations d’énergie. Si des efforts de la famille sont observés pour adapter son mode de vie sur quelques heures ou une journée, l’exercice est difficilement reproductible sur plusieurs jours. Ceci est riche d’enseignements pour Bouygues Construction : dans ce type de concept, il faut bien dimensionner en amont la quantité d’énergie à produire car la consommation énergétique hebdomadaire des familles est presque incompressible.

Comment les unités opérationnelles peuvent-elles travailler avec vous ?

Les UO peuvent me contacter pour tester les usages de produits ou services innovants. Mon rôle est de les accompagner dans le choix de prestataires ou la réalisation d’enquêtes sociologiques. J’encourage les UO à développer ces retours d’expériences sur les usages car ils confirment ou infirment de façon fine et qualitative la pertinence de nos offres et de nos choix technologiques pour l’utilisateur final, tout ceci afin d’améliorer notre qualité de vie. Je centralise ces retours d’expérience afin de constituer une base de connaissances utile à tous. C’est l’innovation partagée ! La Direction Prospective et Marketing Stratégique m’a par exemple sollicité début 2016 pour l’animation de focus groupes dans le cadre de la démarche « Bien vieillir chez soi ». L’objectif était de tester l’acceptabilité de solutions de maintien à domicile avec des locataires d’un bailleur social d’Ile-de-France.