fbpx

La biodiversité urbaine à l’agonie, quelles solutions ?

4 minutes de lecture

Les experts de l’ONU ont posé le diagnostic, sans appel : en ville comme à la campagne, la biodiversité est à l’agonie. La bonne nouvelle, comme avec le réchauffement climatique, il n’y a pas de fatalité. Si le premier enjeu est bien celui des espaces naturels, les urbanistes et les constructeurs au sens large doivent apprendre à construire, à reconstruire des villes, des bâtiments adaptés à l’épanouissement des écosystèmes, où la continuité écologique à tout son sens.

Lundi 6 mai 2019, les 450 experts missionnés par l’Organisation Nations Unies, via l’Ipbes*, ont dévoilé leur rapport sur la biodiversité et l’évaluation mondiale des écosystèmes. Le constat est sans appel. La biodiversité va mal, très mal. Selon eux, un million d’espèces végétales et animales est à court terme menacé. Conséquence immédiate, de plus en plus de voix s’élèvent pour que cette question soit traitée… Au même titre que celle du dérèglement climatique. A juste titre d’ailleurs, puisque les deux sont intimement liées.

Biodiversité végétale et animale en ville, l’absence de prise de conscience

On sait aujourd’hui que l’urbanisation, avec la surexploitation des ressources, l’agriculture intensive ou encore le recours massif aux pesticides, est l’un des facteurs de ce désastre annoncé. Facteur aggravant, les métropoles et les projets d’urbanisation, y compris lorsque l’on parle d’éco-quartier, sont pour la plupart très minéraux. La question de la biodiversité végétale et animale n’étant que très rarement prise en compte. Sa conservation et sa régénérescence, appréhendées dans une gestion environnementale globale, demeure trop souvent une affaire de spécialistes.

Des groupes de travail pour réintroduire la biodiversité en ville

Ne soyons cependant pas trop sévères. La définir simplement, comprendre ses interactions avec le bâtiment et la ville sont choses complexes. Des actions ont déjà été entreprises dans ce sens. Ainsi depuis 2014, le Plan Bâtiment Durable a mis en place un groupe de travail et un rapport de décembre 2015, modifié en juillet 2018, qui détaille leurs premières conclusions. Ce document revient sur les enjeux, et apporte une définition commune de la biodiversité. Il formule également des propositions et fournit une liste exhaustive d’initiatives concrètes pour passer à l’action. Il en ressort que la biodiversité doit être traitée avec le même niveau d’attention que la gestion de l’énergie, la réduction des émissions de C02, ou encore la gestion de l’eau. Avec une nécessaire différenciation selon les différentes phases de la vie d’un bâtiment – construction, exploitation, gestion, démolition – ou celles à l’échelle du bâtiment ou la ville.

De même chez Bouygues Construction, la prise de conscience a eu lieu. « Notre engagement en faveur de la biodiversité est l’un des piliers de notre politique Responsable & Engagé, explique Anaïs Duperron, chef de projet environnement. Cela passe par l’internalisation de nouvelles expertises, le développement de nouvelles offres ou encore la mise en place de partenariats avec des acteurs spécialisés. Nous transformons nos activités pour limiter nos impacts et réintroduire la nature en ville. »

Imaginer la ville, avec une approche environnementale globale

Pour y parvenir, le maître d’ouvrage ou l’aménageur qui souhaite la prendre en compte dans son projet, ne peut se contenter de recourir à un paysagiste. Des experts, tels des écologues, doivent intégrer l’équipe. Et ce, dès la définition du besoin immobilier pour impulser des recommandations sur la base d’une étude d’impacts. C’est important, car cette problématique s’appréhende selon une approche environnementale globale. Avec quelques règles de base à respecter : par exemple, réaliser un inventaire de la faune et de la flore avant de commencer un projet. Ce diagnostic permet de mieux comprendre l’écologie du site et ses déséquilibres, et d’établir un plan d’action en posant les priorités. Par exemple, remettre l’eau en circulation. Une action simple qui réveille un écosystème en panne, en y apportant de l’oxygène. Mais il faut nécessairement aller plus loin. Avec ce que certains appellent « l’écologie » ou la « biodiversité volontaire », en créant des habitats écologiques pour la faune par exemple.

Cela bien sûr ne se réalisera pas sans des équipes formées, c’est peut-être la première des actions à mener. Car prendre en compte la biodiversité dans sa pratique quotidienne ne va pas de soi. Il faut accepter l’inattendu, laisser la nature travailler par elle-même sans intervenir, mais en l’accompagnant. Pas simple pour les ingénieurs et techniciens des services techniques des villes. Eux ont la culture cartésienne du « propre » et les systèmes complexes imprévisibles les déstabilisent parfois. A ce niveau, le problème est moins scientifique que culturel.

* Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques.