CNM

CNM :

Le Contournement de Nîmes et Montpellier sur la bonne voie

France
  • img 1
  • img 2
  • img 3
  • img 4
  • img 5
  • img 6
  • img 7
  • img 8
  • img 9
  • img 10
  • Au sein d’Oc’Via, groupement engagé sur une durée de 25 ans, nos filiales Bouygues Travaux Publics et DTP assurent la construction du contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier. En France, il s’agit de la première ligne mixte, assurant le transport des voyageurs et des marchandises. Livrée en 2017, cette liaison de 80 km réduira de 20 minutes le trajet entre Nîmes et Montpellier ramenant cette dernière à moins de 3 heures de Paris. Au service de la population, ce projet stratégique vise l’exemplarité en matière de respect des hommes et de l’environnement.

  • Témoignage

     

    « L'une des plus grandes opérations de mesures compensatoires ! »

    Avec une surface d'environ 1 600 hectares, soit le double de l'emprise nécessaire au tracé lui-même, le contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier est l'une des plus grandes opérations de mesures compensatoires d'Europe. En alliant nos compétences et nos retours d'expérience, nous avons pu appréhender ce sujet au-delà des obligations légales.

    Lionel Pirsoul, Chargé de projets agri-environnement, Conservatoire d'espaces naturels du Languedoc-Roussillon

     

  • Profondément ancré dans son territoire, ce projet a une double ambition : favoriser l’insertion et préserver le plus possible les richesses naturelles locales. Créateur d’emplois directs et indirects, notamment parmi les jeunes, le contournement Nîmes-Montpellier est un projet exemplaire en matière de développement économique local. Au total, 7 % des heures travaillées ont été confiées à des demandeurs d’emploi relevant des dispositifs d’insertion. Sur le plan environnemental, 130 espères protégées ont été identifiées sur le tracé de la ligne. Un dispositif spécial a été mis en place pour limiter au maximum les impacts du projet sur la faune et la flore rencontrés.

  • Pour préserver la biodiversité de la zone, Biositiv, structure opérationnelle spécialiste de la préservation de la biodiversité, a accompagné Oc’Via dans une démarche particulièrement innovante sur ce projet : la mise en place de l’une des plus grandes opérations de mesures compensatoires d’Europe. Le travail de compensation consiste à acquérir des terrains et à nouer des partenariats avec des exploitants pour le déploiement de mesures de gestion écologique. Par exemple, des cultures de luzerne ont été implantées pour l’outarde canepetière, un oiseau menacé.

  1. 1
    Contexte
  2. 2
    Témoignage
  3. 3
    Ambitions
  4. 4
    Innovations
  5. 5
    Vidéo
  1. 1
    Contexte
  2. 2
    Témoignage
  3. 3
    Ambitions
  4. 4
    Innovations
  5. 5
    Vidéo
  • Au sein d’Oc’Via, groupement engagé sur une durée de 25 ans, nos filiales Bouygues Travaux Publics et DTP assurent la construction du contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier. En France, il s’agit de la première ligne mixte, assurant le transport des voyageurs et des marchandises. Livrée en 2017, cette liaison de 80 km réduira de 20 minutes le trajet entre Nîmes et Montpellier ramenant cette dernière à moins de 3 heures de Paris. Au service de la population, ce projet stratégique vise l’exemplarité en matière de respect des hommes et de l’environnement.

  • Témoignage

     

    « L'une des plus grandes opérations de mesures compensatoires ! »

    Avec une surface d'environ 1 600 hectares, soit le double de l'emprise nécessaire au tracé lui-même, le contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier est l'une des plus grandes opérations de mesures compensatoires d'Europe. En alliant nos compétences et nos retours d'expérience, nous avons pu appréhender ce sujet au-delà des obligations légales.

    Lionel Pirsoul, Chargé de projets agri-environnement, Conservatoire d'espaces naturels du Languedoc-Roussillon

     

  • Profondément ancré dans son territoire, ce projet a une double ambition : favoriser l’insertion et préserver le plus possible les richesses naturelles locales. Créateur d’emplois directs et indirects, notamment parmi les jeunes, le contournement Nîmes-Montpellier est un projet exemplaire en matière de développement économique local. Au total, 7 % des heures travaillées ont été confiées à des demandeurs d’emploi relevant des dispositifs d’insertion. Sur le plan environnemental, 130 espères protégées ont été identifiées sur le tracé de la ligne. Un dispositif spécial a été mis en place pour limiter au maximum les impacts du projet sur la faune et la flore rencontrés.

  • Pour préserver la biodiversité de la zone, Biositiv, structure opérationnelle spécialiste de la préservation de la biodiversité, a accompagné Oc’Via dans une démarche particulièrement innovante sur ce projet : la mise en place de l’une des plus grandes opérations de mesures compensatoires d’Europe. Le travail de compensation consiste à acquérir des terrains et à nouer des partenariats avec des exploitants pour le déploiement de mesures de gestion écologique. Par exemple, des cultures de luzerne ont été implantées pour l’outarde canepetière, un oiseau menacé.

CNMUne réponse aux problématiques d’emploi local

Lié à Réseau Ferré de France via un partenariat public-privé, le groupement Oc’Via s’est engagé à répondre aux problématiques d’emploi et de développement local. Concrètement, 7 % des heures travaillées seront dédiées à l’insertion et, à ce titre, 80 personnes interviendront pour des travaux de terrassement et de génie civil : conducteurs d’engins, maçons VRD, coffreurs, manœuvres... La plupart de ces recrutements a été réalisée via Pôle Emploi qui a installé une structure dédiée sur la base travaux.
Au programme : 400 à 500 contrats d’apprentissage et CDI de chantier créés. Autre exigence autour de ce projet : confier 20 % des travaux à des PME et artisans locaux. Ces derniers sont notamment sollicités pour des travaux liés aux fouilles archéologiques, aux voiries, aux réseaux et au tracé de la ligne.

 

CNMUne ligne stratégique

La nouvelle ligne Nîmes-Montpellier est un projet capital pour plusieurs raisons. En plus de désengorger la ligne initiale, saturée par la circulation de TGV, elle permettra aux trains de fret d’éviter les centres villes. Les bénéfices du contournement sont manifestes : 30 % de TER supplémentaires sur l’ancienne ligne et 3 000 poids lourds en moins chaque jour sur l’autoroute. La liaison Paris-Montpellier sera elle aussi améliorée et réduite à moins de 3 heures. Enfin, ce tronçon sera l’un des maillons du futur axe ferroviaire européen qui reliera, à terme, le sud de l’Espagne à l’Europe centrale.

En brefCNM