Tunnel du port de Miami

Tunnel du port de Miami :

Un deuxième axe pour relier le port à la ville

États-Unis
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Tunnel de Miami
  • Situé sur une île, le port de Miami n’était, jusqu’en 2014, accessible que par un seul axe routier. Apparue en 1979, l’idée de relier par un tunnel les îles de Watson et Dodge vient juste de se concrétiser avec la création d’un tunnel sous-marin, offrant ainsi au trafic une deuxième voie d’accès rapide au port.

  •  

     « Nous savions que nous aurions de nombreux défis à relever. Le dossier sur les conditions géotechniques a atteint un niveau de préparation très complexe et a nécessité 22 mois d’études. »

    Louis Brais, directeur projet Bouygues Travaux Publics

  • Réalisé sans gêner l’activité de croisière, deuxième ressource de l’Etat de Floride, le projet a vite obtenu l’adhésion des habitants. Le tunnel, qui permet de relier directement le port de Miami à l’autoroute, est désormais la voie principale du trafic pour le fret et permet le désengorgement du centre-ville de Miami, régulièrement encombré. Sa construction, ainsi que les autres aménagements du port qu’elle induit, présage des perspectives de croissance pour tout le Sud de la Floride. 

  • Le tunnel du port de Miami est le premier tunnel autoroutier de grand diamètre jamais réalisé en Floride à l’aide d’un tunnelier (TBM). Celui utilisé pour ce projet hybride présentait notamment un nouveau type de creusement, le WCP ("Water Control Process") permettant d’éviter le confinement du terrain, en équilibrant seulement la pression de l’eau. Autre défi : le tunnelier a entamé son creusement à un niveau supérieur à celui du terrain naturel en s’appuyant sur une rampe de lancement. Inédit, le béton de ce puits de démarrage a été coulé dans l’eau, qui a ensuite été pompée.

  1. 1
    Contexte
  2. 2
    Témoignage
  3. 3
    Ambitions
  4. 4
    INNOVATION
  5. 5
    Vidéo
  1. 1
    Contexte
  2. 2
    Témoignage
  3. 3
    Ambitions
  4. 4
    INNOVATION
  5. 5
    Vidéo
  • Situé sur une île, le port de Miami n’était, jusqu’en 2014, accessible que par un seul axe routier. Apparue en 1979, l’idée de relier par un tunnel les îles de Watson et Dodge vient juste de se concrétiser avec la création d’un tunnel sous-marin, offrant ainsi au trafic une deuxième voie d’accès rapide au port.

  •  

     « Nous savions que nous aurions de nombreux défis à relever. Le dossier sur les conditions géotechniques a atteint un niveau de préparation très complexe et a nécessité 22 mois d’études. »

    Louis Brais, directeur projet Bouygues Travaux Publics

  • Réalisé sans gêner l’activité de croisière, deuxième ressource de l’Etat de Floride, le projet a vite obtenu l’adhésion des habitants. Le tunnel, qui permet de relier directement le port de Miami à l’autoroute, est désormais la voie principale du trafic pour le fret et permet le désengorgement du centre-ville de Miami, régulièrement encombré. Sa construction, ainsi que les autres aménagements du port qu’elle induit, présage des perspectives de croissance pour tout le Sud de la Floride. 

  • Le tunnel du port de Miami est le premier tunnel autoroutier de grand diamètre jamais réalisé en Floride à l’aide d’un tunnelier (TBM). Celui utilisé pour ce projet hybride présentait notamment un nouveau type de creusement, le WCP ("Water Control Process") permettant d’éviter le confinement du terrain, en équilibrant seulement la pression de l’eau. Autre défi : le tunnelier a entamé son creusement à un niveau supérieur à celui du terrain naturel en s’appuyant sur une rampe de lancement. Inédit, le béton de ce puits de démarrage a été coulé dans l’eau, qui a ensuite été pompée.

Tunnel du port de MiamiDes équipes multiculturelles

Ce projet, bénéficiant en partie d’un financement fédéral, a fait l’objet d’exigences particulières sur le plan social et l’entreprise a favorisé l’emploi de personnel local, faisant du chantier un lieu cosmopolite. La bonne complémentarité des équipes françaises et américaines sur ce projet a été une des raisons de son succès. Sur le chantier, les différentes qualifications et les cultures multiples – américaine, hispanique et européenne – ont nécessité quelques ajustements pour que toutes les équipes puissent travailler efficacement ensemble. Ainsi, près de 2 000 sessions de formations ont été organisées pour sensibiliser tous les collaborateurs à des sujets tels que la sécurité.

Tunnel du port de MiamiUn défi géotechnique inédit

Complexe, le projet l’est d’abord par sa taille : excavation de 2 tunnels routiers sous-marins de 1,2 kilomètre de long en deux fois deux voies, création de 4 portes anti-inondations, élargissement du pont MacArthur de 6 mètres sur 800 mètres et réalisation de l’échangeur de connexion au réseau existant sur le port. Outre la grandeur du chantier, les équipes ont dû faire face à la découverte, lors d’investigations complémentaires, d’une roche molle et perméable dans le chenal. Elles ont procédé à l’injection dans ce corail poreux d’un mortier spécialement mis au point pour en assurer la stabilité pendant le creusement et modifié le tunnelier en cours de fabrication pour y associer 2 modes de creusement : la pression de terre et le Water Control Process. Une première qui a repoussé les limites du creusement par tunnelier et préfigure de nouveaux projets aux Etats-Unis.

En brefTunnel du port de Miami